L’Association La Ronde des Poètes du Cameroun a ouvert ce  1er décembre 2020 à  la Fondation Salomon Tandeng Muna, la deuxième du Festi7 : festival international de poésie des 7 collines de Yaoundé. Cette manifestation culturelle  se tiendra à Yaoundé et à Nguientsing II jusqu’au 6 décembre prochain.

 

Deux poètes à l’honneur

L’édition de cette année voudrait rendre un hommage à deux figures emblématiques de la poésie camerounaise : il  s’agit  des poètes Ernest Alima,  né en 1938 à Yaoundé. Ernest Alima a publié plusieurs œuvres dont L’attachement au sol natal, recueil de poème inscrit au programme dans les lycées du Cameroun.  Il est également le dernier poète fondateur de l’Association des poètes et écrivains camerounais fondé en 1960.

Patrice Kayo quant à lui est né en 1942 à Bandjoun. Il a écrit des livres tels que Les Fables de la montagne, Tout au long des saisons. Son dernier recueil de poème,  Vêpres des jours de doute est paru chez Clé en 2016.

Ernest Alima et Patrice Kayo honorés à Yaoundé

L’événement a rassemblé des poètes

L’hommage a débuté par le mot du président du Festi7,  le poète Jean Claude Awono, lauréat cette année du Prix International de Poésie Fernando d’Almeida. La professeure  Chantal Bonono, enseignante de l’Ecole Normale Supérieure de Yaoundé  a ensuite fait une lecture comparée des deux poètes, montrant ainsi qu’Ernest Alima et Patrice Kayo ont toujours milité pour la paix, tout en s’engageant aux côtés de leurs peuples.  L’enseignante-poétesse a également lu des passages d’œuvres des poètes à l’honneur.

On a noté dans la salle, la présence des poètes venues des quatre coins du pays :

« Les poètes Alima et Kayo ont fait les fondements de notre institution poétique actuelle. C’est dommage que cet héritage qu’incarnait l’APEC ait sombré dans la médiocrité depuis les années 90 » déclare le poète Djimeli Raoul au sorti de cette cérémonie d’hommage.

L’ouverture du Festi7 2020  a eu lieu en présence de Simon Etsil, représentant du Gouverneur du Centre.

 


Nguelefack Merveille est journaliste culturelle indépendante et Directrice de la Kwaanza Maison d’artiste située à Akak. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *