Le public littéraire africain a accueilli avec beaucoup d’intérêt la dernière-née des compétitions littéraires internationales, le Kalahari Short Story Competition (KSSC). Organisé par l’association La Cene Littéraire, ce prix veut récompenser les meilleur.e.s nouvellistes en trois langues : le français, l’anglais et en une langue africaine, le swahili…de l’inédit !

La nouvelle que beaucoup de jeunes écrivains africains est tombée le 19 mai dernier sur la page Facebook de la Cene Littéraire : un prix international, multilingue, gratuit, et ouvert au grand public vient d’être lancé. Cette compétition est une véritable innovation dans le champ des récompenses littéraires internationales, puisqu’une fenêtre aux langues africaines, notamment le swahili, a ainsi été ouverte. De plus, elle sonne sur le continent africain comme un trait d’union entre les différentes aires linguistiques, puisqu’on a pendant longtemps observé l’hyper-domination des compétitions à exclusive anglophone (Caine Prize, Short Story Day Africa Prize etc.) Le KSSC veut primer cette année les trois meilleures nouvelles dans chaque langue, avec à la clé une dotation financière conséquente, la traduction du texte primé et sa parution dans un recueil multilingue.
La principale cible de ce prix est la jeune garde écrivaine internationale. Celle africaine est d’autant plus interpellée, car en général, peine à trouver le premier tremplin, pour gagner sa place dans le monde très sélectif de l’écriture. Le KSSC concerne donc uniquement les écrivains n’ayant pas encore publié à compte d’éditeur. Une autre particularité est qu’il faudra incorporer au texte soumis cet extrait du roman Né un mardi de l’écrivain nigérian, Elnathan John, lauréat du Prix Les Afriques 2019 : « Je n’arrive ni à manger, ni à dormir, ni à empêcher mes mains de trembler. Dès que le soleil se lèvera je quitterai cet endroit. » (Éd. Zulma). Notons que ce dernier est, aux côtés de grandes plumes comme Gauz, May-Lan Tan et Caolinn Hughes entre autres, l’un des membres du jury de cette compétition.
L’organisation promotrice de la compétition, la Cene Littéraire, est une association basée en Suisse, qui milite pour la promotion de la littérature engagée des Afriques continentale et diasporique. Elle s’est déjà fait un nom, grâce au Prix Les Afriques qui récompense chaque année à un auteur africain, pour la parution d’un roman engagé.
Les conditions de participation au Prix Kalahari sont disponibles à l’adresse www.collection-kalahari.com
Le prix se ferme le 20 août 2020, et les résultats seront dévoilés dès le mois d’octobre. À vos plumes, prêt…

Michel Dongmo Evina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *