Crée en 2001 par l’OIF, le Prix littéraire des cinq continents de la francophonie récompense chaque année le roman d’un écrivain témoignant d’une expérience culturelle spécifique et enrichissant la langue française. Pour la première année, il fut décerné à Yasmine Khlat pour son roman Le désespoir est un péché (Seuil, 2001). Cette année, il est décerné au tunisien Yamen Manaï pour L’Amas ardent (Elyzad, Tunisie, 2017).

Yamen Manaï est ingénieur, il se consacre aux nouvelles technologies de l’information et vit à Paris. Il publie son premier roman, La marche de l’incertitude (Elyzad, 2010), suite à un voyage à Barcelone. Avec ce roman, il obtiendra le prix Comar d’Oren Tunisie, et en France le prix des Lycéens Coup de Cœur de Coup de Soleil. En 2011 il publie son deuxième roman, La Sérénade d’Ibrahim Santos (Éditions Elyzad), qui lui est venu au cours d’un séjour au Cuba. Celui-ci a été finaliste du prix des Cinq continents de la Francophonie la même année. Il a obtenu le prix Biblioblog, le prix de la Bastide du Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot et le prix Alain-Fournier.

Avec L’Amas ardent, Il signe son troisième roman.

L’Amas ardent nous plonge dans un village de l’arrière-pays, Nawa, où Le Don, un apiculteur, mène une vie innocente et sans histoire, qui ignore l’évolution de l’actualité. Mais la poussée des extrémismes et leurs corolaires ne tarderont pas à s’incruster dans le cours de sa vie, quand il découvrira les corps mutilés de ses « filles ». Son quotidien prendra toute une autre coloration et rien ne sera plus comme avant.

Paula Jacques, la Présidente du Jury 2017, a partagé les impressions suivantes à propos du roman :

Dans cette fable aux accents voltairiens, un apiculteur défend ses abeilles contre une secte de frelons particulièrement agressive. Avec humour et une écriture limpide, l’auteur nous en apprend davantage sur les pulsions meurtrières des fous de Dieu que bien des discours.

Le Prix des 5 continents est décerné sur la base de la sélection d’ouvrages proposés par cinq comités de lecture: l’Association du Prix du Jeune écrivain francophone (Muret, France), l’Association des écrivains du Sénégal (Dakar), le Collectif d’écrivains de Lanaudière (CEL) Canada-Québec et l’Association « Passa Porta » (Bruxelles, Belgique) et l’Association «Culture elongo» (Brazzaville Congo).

Gils Da Douanla.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *