C’est mon premier Ananda Devi. Elle nous vient de l’Ile Maurice et est l’auteure d’Eve et ses décombre, passionnant livre paru en même temps chez France Loisirs et chez Gallimard en 2006. Histoire triste d’une fillette martyrisée par la vie. Elle croyait peut-être avoir les commandes, mais c’est le diable qui se jouait d’elle.

Le roman nous raconte l’histoire de la petite Eve, une enfant âgée de 12 ans, une élève toute particulière ! Son sac est toujours vide lorsqu’elle va à l’école.  On apprend qu’elle est toute minuscule : « ses bras et ses jambes raides comme des dessins d’enfant ». Elle compte sur les plus grands pour la protéger, les garçons. Ils lui donnent aussi pas mal de choses qu’elle veut, même si  Eve éprouve du plaisir à ne rien posséder pour elle-même :  » On peut être riche avec ses riens » dit-elle.

Ici, quelqu’un  lui donne un crayon, là, une gomme, du papier, une règle… Un jour pourtant, quelqu’un lui fait un sale marché. Et ça se passe dans la cour de récréation. Il la touche…et lui donne de l’argent. S’ouvre ainsi une vie de prostitution pour Eve qui, maintenant un peu plus grande, ne se contente plus des riens de la vie. Eve veut tout avoir…et vend son corps en échange.   » Je suis en négociation permanente. Mon corps est une escale. Chacun y laisse sa marque et délimite son territoire, j’ai 17ans et je m’en fous, j’achète mon avenir. »

C’est désormais Eve qui va à la quête des marchés.  Elle suit des  garçons plus âgés… en  échange, ils lui donnent une calculatrice, un livre, des cahiers… Les garçons se moquent d’elle. Tous connaissaient chaque coin et recoin de son corps, sauf peut-être Sad, son amoureux. Ah, l’amour ! Sad ne veut rien comprendre de ce que racontent les garçons. Il aime Eve.

Eve est une belle convoitise pour les méchants et les pervers. Y compris les profs qui, en échange de son corps, lui donneront des cours de soutien.  Eve fait la connaissance de Savita avec qui elle se lie d’amitiés. Savita va prendre soin d’Eve, sans la juger, sans lui poser de questions, sans même rompre sa relation malsaine avec un prof qu’elle attend tous les jours à la sortie des cours, dans la salle de biologie. Chaque fois qu’Eve est dans la salle de biologie de l’école, son amie Savita attend dehors. Un jour, fatiguée d’attendre dehors, Savita va dans la salle de biologie pour voir pourquoi ça dure plus que d’habitude. Elle y découvre le prof nu, sur un corps presque inerte. Elle sera plus tard assassinée.  Eve ne supporte pas la mort de son amie : « J’étais elle, parce qu’elle était moi … Nous sommes mortes toutes les deux, au même instant. »

Coté familial, la vie n’est pas plus rose. Violence, intimidations et menaces sans fin, Eve n’est épargnée de rien. Les parents de Savita l’accusent même d’avoir conduit leur enfant sur les chemins de la débauche et de la mort. Le premier acte héroïque d’Eve sera de tuer l’assassin de son amie, le prof pervers et pédophile.  Le livre s’achève avec la même mélancolie de l’incipit.

Je n’avais rien lu de plus noir il y avait quelques temps, mais attention ! Je suis déjà sur un autre roman, encore plus sombre : Ceux qui sortent dans la nuit, de Mutt-lon. On se revoit bientôt !

Eve et ses décombres, Ananda Devi, Editions France Loisirs, 2006 Paris


Nguelefack Merveille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *