Le jeune écrivain Tchadien, Baibe Guentar Beba, grand lauréat en 2016 du Prix littéraire Les Enfants de Toumaï, lauréat du Prix Joseph Brahim Seid et auteur de quelques textes inédits, activiste politique et culturel vivant à N’Djaména est porté disparu depuis le 10 Juillet 2018.

Baibe Guentar Beba aurait été, selon les informations des enquêteurs officiels, victime d’un accident de circulation le 13 juillet 2018 à 3 heures du matin, serait tombé dans le fleuve Chari… Il aurait ensuite été inhumé le lendemain.

Sa famille n’ayant pas été informée de cette inhumation brusque et précipitée a demandé à voir la tombe de Guentar Beba, et plusieurs tombes différentes leur ont été présentées.

Les activistes Tchadiens et plusieurs défenseurs des droits de l’homme au Tchad pensent que l’écrivain aurait été éliminée par la police politique tchadienne.
En effet, le téléphone portable de Baibe Guentar a été retrouvé chez un boutiquier de N’Djaména qui dit l’avoir acheté à vile prix chez un agent de la police politique tchadienne, l’ANS.

La moto de Baibe Guentar Beba a également été retrouvée dans les services militaires tchadiens, en parfait état, ne présentant aucun signe d’un véhicule ayant eu un accident mortel quelques jours avant.
Pour honorer Baibe Guentar Beba, sa mémoire, l’ASEAT, l’association des écrivains tchadiens et Thomas Dietrich, organisateurs du Prix littéraire Les Enfants de Toumaï ont lancé cette année, un Prix Spécial Baibe Guentar Beba, ouvert à tous les écrivains tchadiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *