DIBUSSI TANDE est un écrivain et poète camerounais qui, aux côtés de Joyce Ashuntantang, a récemment édité une anthologie de poésie sur la guerre en cours au Cameroun. L’anthologie, intitulée  Bearing Witness: Poems from a Land in Turmoil,  est une réponse poétique au conflit anglophone dévastateur au Cameroun. C’est un guide de la mémoire collective qui a réuni 73 poètes d’horizons différents. Dans cette interview,  Dibussi Tande parle avec le poète Njipendi Daouda, de cet immense projet qui cherche à témoigner de la souffrance, du désespoir et des espoirs des gens touchés par la guerre au Cameroun, indépendamment de leurs origines.

 

Parlez-nous de l’initiative Bearing Witness

Eh bien, dès 2017, Joyce Ashuntantang et moi avons remarqué une tendance émergente sur les plateformes de médias sociaux ; beaucoup de gens partageaient des poèmes, des nouvelles et des témoignages, entre autres, sur la « crise anglophone » comme on l’appellait communément à l’époque. Nous avons conclu séparément que ce serait une excellente idée de compiler et de publier ces écrits très divers, qui dépeignent la crise dans toute sa complexité, en un seul volume. Lorsque nous avons finalement réalisé que nous étions tous les deux allaitant la même idée, nous avons décidé de transformer cette idée en réalité. Passer de l’idée à l’exécution n’a pas été une tâche difficile pour nous parce qu’en 2008, nous avions coédité notre première anthologie de poésie, Their Champagne Party Will End, en l’honneur de Bate Besong, le dramaturge anglophone vénéré, décédé en mars 2007.

Nous avons convenu que nous publierions une anthologie en quatre parties axée sur la poésie, les nouvelles, la non-fiction créative et l’art (peintures, photographie et art numérique). Comme nous n’avions pas de formation en art, nous avons contacté l’artiste afro-expressionniste Adjani Okpu-Egbe, qui, incidemment, vient de remporter le premier Ritzau Art Prize à New York, pour servir de coéditeur.

En janvier 2019, nous avons lancé le premier appel à candidatures sur les réseaux sociaux, dans la presse au Cameroun et de bouche à oreille. La date limite initiale de soumission était mars 2019, mais nous l’avions prolongé jusqu’en mai 2019 pour accueillir les traînards et d’autres personnes qui ont pris connaissance du projet tardivement. Nous n’avons reçu aucune soumission sur l’art et la photographie, donc Joyce et moi avons continué en tant que co-éditeurs. Et le reste, c’est de l’histoire ancienne.

Quelle a été la partie la plus difficile dans la réalisation de ce projet?

Il y a eu une série de défis. Premièrement, nous avons reçu beaucoup plus de soumissions que nous ne pouvions raisonnablement accueillir en un seul volume. Décider quels poèmes inclure ou laisser de côté a été une décision très difficile et parfois déchirante parce que, dans la plupart des cas, les poèmes que nous avons laissés de côté n’étaient pas nécessairement mauvais ; nous n’avions tout simplement pas l’espace pour eux.

Le défi suivant a été d’éditer les poèmes sélectionnés tout en essayant de rester fidèle à l’esprit original, le style et le message des poètes. Dans certains cas, les changements étaient relativement mineurs et n’exigeaient aucune contribution supplémentaire de la part des auteurs. Dans d’autres cas, cependant, nous avons beaucoup travaillé avec les auteurs pour affiner leurs poèmes. Cependant, une fois que nous avons passé le montage, c’était un processus très exaltant.

Il est à noter que travailler pendant près de deux ans sur ces poèmes qui racontaient des histoires d’aliénation, de désespoir, de déplacement, de perte, de nostalgie, de traumatisme, de colère, etc., a eu un impact émotionnel. Cependant, cela a été partiellement compensé par des poèmes qui étaient pleins d’espoir malgré la situation sombre sur « Ground Zero. » C’est pourquoi nous avons dédié l’anthologie aux enfants de « cette belle terre dans la tourmente où les rêves d’un avenir meilleur abondent encore ».

Pourquoi était-il important d’éditer et de publier une collection d’écrits sur la crise anglophone ? Quel impact croyez-vous que l’anthologie pourrait avoir sur la situation actuelle?

La poésie est le passé, la poésie est le présent, la poésie est l’avenir ; la poésie est l’identité, la poésie est la culture, la poésie est la mémoire— la mémoire collective. Et le poète est le chroniqueur qui tisse tous ces brins ensemble dans un tout cohérent. Dans les lignes d’ouverture de l’anthologie, nous déclaréons que : « Écrire, c’est affronter; écrire, c’est se rappeler; écrire, c’est résister; écrire, c’est témoigner; écrire, c’est guérir. » Ainsi, il était important pour nous de raconter l’histoire de la crise anglophone telle qu’elle se déroulait, non seulement à des fins de mémoire, mais aussi dans le cadre d’un processus de guérison. Nous racontons notre histoire dans nos propres mots, dans notre propre style, de notre propre point de vue et sur notre propre temps! Cette fois-ci, le lion n’a pas attendu que le chasseur raconte sa propre histoire !

L’anthologie ne résoudra peut-être pas la crise ni ne rapprochera même les belligérants d’un terrain d’entente, mais ces poèmes contribueront à mettre en lumière ce conflit « oublié » ou « invisible », ainsi qu’à fournir une catharsis à ses victimes et à servir de guide collectif pour les générations futures.

Pensez-vous que certains lecteurs se sentiront doublés étant donné que l’anthologie est exclusivement en anglais ?

Je suis sûr que certains se sentiront laissés de côté parce qu’ils ne comprennent pas l’anglais. Il faut s’y attendre. Mais nous n’avons certainement personne de côté. Il s’agit d’une anthologie qui se concentre sur un conflit qui se déroule dans un territoire spécifique – un territoire qui a fait le plein poids de la guerre au cours des quatre dernières années avec des milliers de morts, plus d’un demi-million de déplacés et des centaines de communautés détruites. Il était donc essentiel de donner aux habitants de ce territoire une plate-forme pour raconter leur histoire dans la langue avec laquelle ils sont le plus à l’aise. Ce n’est pas trop demander.

Cela dit, il s’agit d’une anthologie inclusive qui comprend des contributions de Camerounais francophones comme vous. D’autres qui viennent à l’esprit incluent Rose Ndengue, Geraldin Mpesse, Nelson Kamkuimo et Raoul Djimeli qui a une de mes lignes préférées dans l’anthologie :

« La république sera sauvée 

Mais qu’est-ce que la république des fantômes »

 

Comment l’éditeur assurera-t-il la distribution du livre à l’intérieur du pays, en particulier dans les régions anglophones ?

Comme vous le savez, l’ouvrage est publié aux États-Unis et est déjà disponible sur Amazon. Cependant, compte tenu du mauvais état du réseau de distribution de livres au Cameroun, il est difficile de rendre le livre disponible au Cameroun. La situation a été encore compliquée par la pandémie qui a interrompu tous les déplacements à destination et en provenance du Cameroun. Néanmoins, l’éditeur a un plan pour s’assurer que le livre est disponible au Cameroun une fois que les choses reviennent à la normale. Nous tiendrons nos lecteurs informés via notre page Facebook  et d’autres canaux.

Pourquoi était-il important de commencer par la poésie étant donné que l’appel à soumission comprenait d’autres genres ?

Comme je l’ai mentionné plus tôt, notre premier appel à soumission portait sur quatre genres littéraires et artistiques différents. Nous avons sous-estimé l’enthousiasme du public pour le projet et nous nous sommes retrouvés avec plus de 200 poèmes d’une centaine de poètes. Nous, avons donc décidé qu’il serait préférable de publier des volumes distincts pour chaque genre. Nous avons commencé avec la poésie parce qu’elle avait le plus grand nombre de soumissions et le plus grand nombre. Nous n’avons pas eu de soumissions pour la catégorie art, donc nous l’avons abandonné, cependant, nous pourrions intégrer des œuvres d’art dans la fiction et les anthologies de non-fiction s’il ya des artistes là-bas qui sont intéressés par le projet.

Quelle est la prochaine étape après ce premier volume ?

Nous passerons le reste de l’été à promouvoir l’anthologie de la poésie du mieux que nous le pouvons, compte tenu des contraintes imposées par la pandémie. Nous devions officiellement lancer le volume lors de la 46e conférence annuelle de l’Association africaine de littérature (ALA) à Washington DC en mai, mais la conférence a été annulée en raison du coronavirus.  Nous envisageons d’organiser un lancement virtuel du livre avec les éditeurs et les poètes contributeurs.

Et puis dans le courant août / septembre, va relancer l’appel à soumission, cette fois pour la fiction et les anthologies de non fiction.

Ainsi, nous continuerons notre modeste rôle de chroniqueurs du conflit pour faire en sorte que les générations futures ne souffrent jamais de « l’oubli collectif ».

Certaines personnes croient que ce conflit trouve ses racines dans notre histoire commune, tandis que d’autres croient qu’il est dû à une mauvaise gouvernance. Comment voyez-vous cette guerre, en tant qu’écrivain et intellectuel anglophone ?

Sans aucun doute, la crise actuelle est enracinée dans l’histoire, dans le triple patrimoine colonial du Cameroun. C’est un sujet que nous discutons en détail dans l’introduction de l’anthologie. Cela dit, les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui sont en réalité le résultat direct d’une décolonisation bâclée des Southen Cameroons  britannique et des tentatives subséquentes des gouvernements camerounais successifs de dépouiller les peuples de ce territoire de leur identité et de leur autonomie, depuis les premiers jours de la « réunification » en 1961 jusqu’au démantèlement du système fédéral en 1972. La mise en place d’un système unitaire hautement centralisé en 1972 a effacé toutes les dispositions et institutions constitutionnelles qui protégeaient l’Ouest du Cameroun de la domination socio-politique du Cameroun oriental numériquement supérieur. L’État unitaire a donc ouvert la voie à la « marginalisation » économique, culturelle et politique des anglophones et a normalisé les efforts assimilationnistes systémiques du gouvernement, en particulier par des tentatives répétées de supprimer la langue anglaise ainsi que les systèmes juridiques et éducatifs à l’ouest du Mungo.

Ce qu’on appelait autrefois le « problème anglophone », qui est devenu la « crise anglophone » en 2016 s’est finalement transformé en conflit ambzonien actuel.

Oui, la « mauvaise gouvernance » est une question très légitime, en fait, c’est un fléau, au Cameroun. Cependant, le conflit en cours est particulièrement enraciné dans l’incapacité systémique ou la réticence de l’État à respecter la diversité historique du Cameroun, associée à son obsession d’assimiler les anglophones à un système et à un mode de vie majoritairement francophones. Il ne s’agissait jamais de choisir le meilleur des deux mondes, mais d’imposer un monde à l’autre. La « francophonie » dont se plaignaient les avocats et les enseignants anglophones en 2016 et la « marginalisation » qui a conduit à la naissance du « nationalisme anglophone » dans les années 1990 trouvent leurs racines dans l’échec colossal de l’Etat camerounais à gérer ce « double héritage » tant parlé. Autrement dit, la tentative camerounaise de promouvoir   » le vivre ensemble » par décret (la plume) et par la force (le canon) a échoué de façon spectaculaire en particulier en ce qui concerne l’ex colonie britannique !

 

Merci Dibussi Tande!

Ce fut un plaisir de parler avec vous !

Merci de me donner cette plate-forme pour discuter de notre anthologie révolutionnaire et de le présenter à vos lecteurs. Au fait, j’ai découvert Clijec Mag’ juste l’année dernière et j’ai été un lecteur passionné depuis lors. C’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle personnalité littéraire du Cameroun ou d’ailleurs chaque fois que je visite votre site. Continuez le bon travail et continuez à construire des ponts entre les communautés et les pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *